PIXI: des livrets pour contrer les stéréotypes sexués dès le plus jeune âge

Les livrets Pixi

Qui ne se rappelle pas de Pixi, héros des histoires pour enfants?

Les livrets Pixi sont nés à Hambourg en Allemagne en 1954, à la maison d’édition Carlsen. Ils ont une longue tradition non seulement dans leur pays d’origine mais aussi au Luxembourg.

Ces livres d’images avec des histoires courtes sont destinés aux petits enfants et ont eu un énorme succès. Ils sont devenus très populaires chez les petits enfants, leurs familles et les écoles.

Le protagoniste principal de ces livrets s’appelle Pixi et fait partie des personnages les plus connus de la maison d’édition Carlsen, parmi lesquels on peut aussi citer Petzi, Conni, Max, et bien d’autres encore.

Briser les clichés

Une des missions principales du Ministère de l’Égalité des chances (MEGA) est de lutter contre les stéréotypes de genre. Actuellement, ces stéréotypes des différents rôles perçus pour les hommes et les femmes persistent encore dans notre société et s’enracinent dans les esprits des citoyens et aussi des enfants.

L’idée de communiquer le concept de l’égalité entre les hommes et les femmes dès un plus jeune âge a débouché sur une collaboration entre le MEGA et la maison d’édition Carlsen. Cette collaboration a donné lieu à la création d’une série de trois livrets Pixi qui ont pour but de briser les clichés de ce qui est censé être « féminin » ou « masculin » chez les petits enfants.

DSC_8552-hdpi

La Pixi-trilogie

En 2017, fut la sortie du premier livret de la série de trois : « Maman est bourgmestre ». Le but de cette première édition, qui raconte l’histoire de Lea dont la mère est bourgmestre, a été de dé-stigmatiser les idées préconçues de ce qui est une profession « typique » ou « atypique » pour hommes ou pour femmes tout en sensibilisant les enfants à la vie politique et d’encourager un engagement plus grand des femmes dans ce même domaine.

La deuxième édition « Moi aussi je peux le faire ! » raconte l’histoire de deux enfants, frère et sœur, Eric et Elena, en thématisant les stéréotypes de genre des enfants, des parents et des amis dans la vie privée ainsi que dans la vie professionnelle.

Et pour la dernière édition, le troisième livret « Papi se met au sport » parle du petit Luca qui part en randonnée avec son grand-père pendant les vacances d’été. Ce dernier se rend vite compte qu’il n’est plus à sa meilleure forme physique, ce qui introduit les sujets de la santé, du sport et de l’alimentation à celui de l’égalité des sexes.

Cette trilogie constitue avec le jeu de mémoire « MEGA-Spill », le matériel éducatif dans la politique de l’égalité des femmes et des hommes du MEGA.

Le premier livret PIXI est malheureusement épuisé,mais le deuxième et troisième livret peuvent encore être commandé auprès du ministère en envoyant un courriel via www.mega.public.lu

« Les stéréotypes privent notre pays des talents dont il a besoin pour gérer les défis de demain »

Il a été constaté que la circulation des stéréotypes de genre influence l’orientation académique et professionnelle des jeunes. Pour cette raison, les livrets Pixi ont pour vocation d’éveiller l’intérêt pour le sujet de l’égalité entre hommes et femmes chez les enfants dès un plus jeune âge en leur montrant la diversité dans le monde du travail, le monde académique ainsi que dans la vie privée et que ces décisions ne devraient pas être guidées par des considérations de genre.

Dans une société moderne, les hommes et femmes se partagent les responsabilités de manière équitable à tous les niveaux. Tout le monde est égal en droits, en obligations, choix d’études, de professions et de vie respectifs.

  • Mis à jour le 13-07-2018