La stratégie du gouvernement en matière de prostitution

En octobre 2012, le ministère de l’Egalité des chances a instauré une plateforme nationale « Prostitution » qui rassemble les acteurs directement impliqués dans l’encadrement de la prostitution au Luxembourg : les ministères de l’Egalité des chances et de la Justice, les services DropIn et HIV-Berodung de la Croix-Rouge Luxembourgeoise, le Service d’intervention sociale de la Ville de Luxembourg, le Parquet Général ainsi que la Police Grand-Ducale. L’objectif de cette plateforme était de finaliser un concept global pour améliorer l’encadrement des prostitué(e)s au Luxembourg en tenant compte des aspects de sécurité, de santé et d’assistance psychosociale. Les éléments à discuter se résument comme suit :

  • l’amélioration des conditions d’encadrement au profit des prostitué(e)s, tant au niveau de la santé que de la sécurité ;
  • l’élaboration d’un concept d’une stratégie de sortie pour les prostitué(e)s souhaitant quitter le milieu de la prostitution ;
  • le renforcement du « street work » en collaboration avec la Ville de Luxembourg ;
  • l’action concertée en vue de mieux cerner les phénomènes du proxénétisme et de la traite des êtres humains et de pouvoir réorienter les victimes dans les structures adaptées ;
  • la réduction de la violence perpétrée à l’égard des prostitué(e)s ;
  • la protection des mineurs.

En juin 2013, la plateforme a adopté une première note contenant les conclusions des réunions de travail entre octobre 2012 et juin 2013. En décembre 2013, ce papier a été soumis aux ministres de l’Egalité des chances et de la Justice qui, lors d’une réunion de la plateforme du 13 février 2014, ont mandaté la plateforme de peaufiner les différentes propositions avancées à travers des réunions complémentaires avec d’autres acteurs essentiels.

Parallèlement, des groupes de travail ont été créés ayant comme mission pour formuler de manière plus concrète des mesures pour les différents chapitres. La plateforme a retenu certaines propositions qui n’ont pas trouvé le consensus entre tous les acteurs notamment en raison de leurs implications allant au-delà du phénomène de la prostitution. Ces propositions doivent encore faire l’objet de discussions plus approfondies. Le présent rapport fait le point sur les travaux de la plateforme jusqu’au 6 novembre 2014.

  • Mis à jour le 01-12-2014