Un engagement commun pour l’égalité entre les sexes

Table ronde «La mixité, un moteur et modèle européen»

«Une véritable égalité entre les femmes et les hommes ne se fera pas d’elle-même. C’est à chacun d’être actrice et acteur du changement», ont noté les participants de la table ronde organisée par le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes avec le Conseil national des femmes du Luxembourg en date du 16 mai.

Les invité(e)s de la table ronde - issu(e)s des domaines de la justice, de l’entrepreunariat, de la recherche, des communes, de la culture et de la société civile – ont abordé les évolutions soutenues par l’Union européenne en faveur de l’égalité entre les sexes et leurs applications parfois complexes au quotidien.

Il reste ainsi fort à faire pour atteindre un véritable partage dans les postes à responsabilité tant au niveau politique qu’économique, comme ont souligné des participantes de la soirée.

Comment améliorer les bases légales, ancrer plus fortement l’égalité dans les conventions et pratiques au niveau professionnel, encourager les citoyen(ne)s à prendre la parole lorsqu’ils sont témoins d’injustices, mais aussi davantage sensibiliser les jeunes aux stéréotypes, ont été quelques axes développés lors des échanges.

En vue des élections européennes, le 26 mai au Luxembourg, la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes a également interpellé le public: «Le nombre de femmes au Parlement européen est passé de 15,2% en 1979 à 36,4% en 2019. Devons-nous encore attendre plusieurs décennies avant d’atteindre la parité?» Taina Bofferding a lancé un appel aux électrices et électeurs à soutenir une représentation équilibrée au Parlement européen et mis en exergue la campagne du ministère #vote5050.

La table ronde a, pour rappel, réuni autour de la modératrice et journaliste Laurence Bervard:

  • François Biltgen, juge à la Cour de justice de l’Union européenne
  • Carole Blond-Hanten, chercheuse au LISER
  • Nicolas Buck, président de l’Union des entreprises luxembourgeoises
  • Clémentine Rixhon, étudiante et ancienne déléguée de la jeunesse aux Nations unies
  • Anne Schroeder, réalisatrice et productrice de films

La voix des communes était portée par Annie Nickels-Theis, représentante du Syvicol, et par Cécile Hemmen, représentante du Comité européen des régions.

Ainhoa Achutegui, directrice de Neimënster, a tenu le discours d’ouverture.
  • Mis à jour le 18-05-2019