CSW63 à New York: Taina Bofferding présente les engagements et convictions du Luxembourg

La 63e session de la Commission de la condition de la femme s’est ouverte lundi 11 mars aux Nations unies à New York. La ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, y présente les engagements du Luxembourg pour l’autonomisation des femmes et encourage des actions internationales concertées pour l’égalité entre les sexes.

La CSW est le plus grand rendez-vous mondial pour faire rayonner la cause des femmes et œuvrer pour des changements positifs dans l’ensemble des États membres.

«L’autonomisation des femmes nécessite un cadre légal et pratique fort assurant l’accès à l’éducation, un emploi décent, des services sociaux et de santé de qualité», a souligné Taina Bofferding. «Nous devons œuvrer de concert pour assurer le plein exercice de l’ensemble des droits civils et politiques. C’est particulièrement important pour augmenter le rôle des femmes dans la modernisation de nos sociétés».

La ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes a mis en exergue le travail réalisé au Luxembourg ainsi que les défis qui subsistent sur le marché de l’emploi. Notamment pour développer l’accès des femmes à des postes à responsabilité et pour assurer l’égalité au niveau des salaires. Deux sujets par ailleurs abordés lors d’une rencontre bilatérale avec le conseiller fédéral suisse Alain Berset. Les deux délégations ont partagé leurs bonnes pratiques pour l’égalité salariale et indiqué renforcer les échanges pour la cause commune des femmes.

Concernant la promotion des droits LGBTI, Taina Bofferding s’est réjouie que le Luxembourg a adhéré au LGBTI Core group des Nations unies. Cette adhésion, ensemble avec le Cabo Verde, a eu lieu début mars. «Nous ne devons pas nous taire face aux actes de violence et discriminations liées au genre. Nous condamnons fermement ces violences», a souligné Taina Bofferding au nom du gouvernement lors d’une réunion avec les représentants des pays membres du groupe. Le Luxembourg s’engage ainsi pour l’inclusion transversale des droits LGBTI dans l'agenda des Nations unies.

Une rencontre en début de matinée entre les représentants des pays membres de l’UE et de la Commission européenne a permis de renforcer les engagements communs pour la défense des droits sexuels et reproductifs, ainsi que dans la lutte contre la violence envers les femmes.

  • Mis à jour le 13-03-2019