Égalité dans la prise de décision

Conférence de presse conjointe entre le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes et le ministère de l'Économie

Pour la première fois, le taux de femmes représentant l’État dans les conseils d’administrations des établissements publics dépasse la barre des 40 %.

« C’est un succès notable et une étape importante dans les efforts menés par le gouvernement pour  assurer l’égalité entre les femmes et les hommes dans la prise de décision économique», a souligné la ministre de l’Égalité, Taina Bofferding lors d’une conférence de presse conjointe avec le Vice-Premier ministre, le ministre de l’Economie, Étienne Schneider. Les deux ministres ont présenté en date du 8 février le récent bilan intermédiaire sur la composition de conseils d’administration dans lesquels l’Etat est représenté.

Un engagement fort sur ces quatre dernières années : « La mixité ça marche »

Le gouvernement précédent s’était engagé à l’automne 2014 à intervenir de manière systématique pour favoriser une meilleure représentation des femmes dans les organes de décision. Et ce, dans les établissements publics et les sociétés où l’État détient des participations. L'objectif clair, chiffré et mesurable a été fixé à 40% de mandats pour le sexe sous-représenté d'ici à 2019.

Jusqu’alors, le taux de femmes dans les conseils d’administration progressait peu, comme l’avait retenu une étude publiée par le LISER en 2015 sur l’ensemble de l’économie. Pour le gouvernement, il s’agissait d’émettre un signal fort. « Il nous faut valoriser le talent des femmes qui sont prêtes à prendre des responsabilités au sein d’un conseil d’administration. C’est une question d’équité, et plus encore. La mixité dans la prises de décision est une véritable force économique », a souligné Taina Bofferding. La procédure mise en place depuis quatre ans se veut ainsi plus contraignante, plus transparente et prévoit une évolution permanente. Elle repose sur une discussion et validation au sein du Conseil des ministres pour procéder à de nouvelles nominations en tenant compte du sexe sous-représenté. 

« Cet objectif de 40 % a permis de renforcer les discussions sur le profil des administrateurs. C’est un moyen efficace pour faire évoluer les mentalités. Certes, les quotas ne sont pas une solution miracle, mais ils peuvent aider à dépasser le poids de la tradition », a noté la ministre de l'Egalité entre les Femmes et les Hommes.

  • Mis à jour le 11-02-2019